image9

Communiqué sur la fin des contrats aidés

Un silence qui étonne

 

Le président Macron vient de décider brutalement la diminution, voire la fin des emplois aidés. Il ne propose rien pour les remplacer.

 

Affectés aux associations, ces emplois dynamisent notre bassin de vie. Affectés à des services de proximité (écoles et structures enfance jeunesse), ils contribuent de manière significative à la qualité de leur fonctionnement. Dans tous les cas, Ils favorisent l’insertion de personnes en difficultés d’emploi.

 

Leur arrêt, total ou partiel, impactera donc financièrement des collectivités locales qui devront trouver et financer d’autres solutions. Nombre d’entre elles ne pourront pas supporter cette nouvelle charge. Sans détailler toutes les conséquences de cette mesure, on doit considérer qu’il s’agit d’une décision grave, qui ne peut qu’interpeller les élu(e) s

 

Or, à ce jour, si certains dénoncent, d’autres choisissent une discrétion à laquelle ils ne nous avaient pas habitués, au premier rang desquels Véronique Abelin, généralement plus réactive et plus pugnace. Pas un mot, pas un article… Il est vrai qu’après avoir soutenu Bayrou puis Fillon, elle a pris récemment la présidence des Constructifs86,  rassemblement de droite pro-Macron qui peut difficilement critiquer ce type de mesure.

 

Un silence qui étonne mais que les échéances électorales à venir peuvent expliquer… et, pour moi, la certitude qu’il faut dénoncer les mesures inacceptables et se battre sans cesse pour soutenir l’emploi des plus fragiles, quels que soient les calculs électoraux !